bio-01

Parcours

Emmanuelle Lemetais est une artiste Parisienne d’origine Normande née en 1970.

1988-1993
Ses 5 années d’études à Olivier de Serres et à l’École Boule comme architecte d’intérieur, lui ont procuré une solide formation à la fois artistique et technique.

La rigueur et la passion, le dessin et la composition, les matières et les couleurs… tout est enseigné.

1993-2002
Après dix années professionnelles dans l’agencement, l’architecture intérieur et le design mobilier, Emmanuelle, dont le loisir est la peinture depuis toute jeune, choisit d’en faire son métier.

Depuis 2002
Elle commence par les salons d’art contemporain :
- GMAC Bastille et Chatou
– ARTSHOPPING Carrousel du Louvre

Ou encore les expositions en entreprise ou en showroom:
Generix Paris 2 – Interface Europe Paris 14 – LdeO&CO paris 3 – Meubles et Fonction Paris 6 – Viladeco Paris 5 – Arteum la Défense

Puis est vite remarquée par les galeristes.

Il y a tant d’embrasement confit de tendresse dans cette fusion maîtrisée des couleurs de l’arc en ciel…orchestrée par le vibrato d’un cœur sensible que des fosses aux émotions ensorcelées ne renieraient point.

Les façades, pourtant brûlantes, ne vont pas s’embraser et la terre n’a pas tremblé, tout comme les mains habiles de l’artiste appliquées à faire exploser de joie ces bouquets d’artifices dont raffoleraient les asiatiques et nos amis du soleil levant !

Tout est sous contrôle pour provoquer cette puissante émotion sublimée par le prisme du regard « transférant » de notre virtuose, regard qui produit cet effet troublant… auxquel se sont essayés quelques artistes chantres du mouvement tels que Claude Weisbuch dans ses scènes de violonistes, Jean Pierre Epron dans ses marines et ses bouquets de fleurs et enfin Victor Spahn dans ses courses de chevaux ou de bateaux.

Aujourd’hui dans le domaine des façades et de l’architecture c’est Emmanuelle Lemetais qui tient le flambeau pour poursuivre cette recherche.
Son style personnel s’aventure encore plus loin dans cette voie qu’elle sublime, qu’il s’agisse des rues de Paris ou de bords de mer.

Grâce à ses origines terriennes et à son talent exceptionnel elle ajoute à son œuvre une dimension irréelle, voire spirituelle, la « troisième » que représente « l’effet mirage » que l’on admire dans les champs de céréales, brulants au soleil… promesse d’une belle récolte… hommage vibrant de spiritualité au Créateur et ce pour notre plus grand bonheur.

À partager sans modérations avec nos amis, en résumé, c’est… beau, très beau et féerique !

Gonzague de Fondeville
Amateur et critique d’art

bio-02